Le futur de Star Wars au cinéma s’écrira-t-il avec La Haute République ?

DATE DE PUBLICATION DE LA THÉORIE
24 mars 2020
THÉORIE AVÉRÉE OU NON ?
Non révélé à ce jour

Star Wars IX : L’Ascension de Skywalker a marqué un point final à la saga des Skywalker, ouvrant un horizon infini de perspectives pour la suite cinématographique donné par Disney à l’univers Star Wars. En coulisses, on s’active pour préparer le terrain de ce que l’on appelle désormais « la Star Wars Phase 2 », à la Marvel.

Le 24 février 2020, dans une vidéo diffusée sur la chaine Youtube de Star Wars, Lucasfilm a officiellement présenté la nouvelle époque traitée par les supports littéraires (comics et livres) de l’univers Star Wars : la Haute République.

Dans la vidéo, longue de quatre minutes, James Waugh – vice-président de Lucasfilm – et Pablo Hidalgo, le chef de la supervision créative et du contenu – notamment – ont présenté avec beaucoup de fierté le nouvel univers Star Wars et l’équipe en charge de son écriture. Dans le Skywalker Ranch, une équipe de scénaristes « tous passionnés mais aux avis divergents sur l’essence de Star Wars » ont été rassemblés et travaillent à pied d’oeuvre pour donner vie à ce nouvel univers.

Une page blanche et l’influence de la prélogie

Ce qui est frappant, c’est avant tout de voir à quel point l’influence de la prélogie est omniprésente dans l’approche de cette nouvelle ère : la Haute République relate une époque bénie, de paix, 200 ans avant la Menace Fantôme, durant laquelle les Jedi et la République sont au sommet de leur puissance. La vidéo utilise d’ailleurs, en guise d’illustrations, des images des Star Wars I, II et III, celles de Coruscant notamment.

Le second point notable est formulé clairement par James Waugh :

Nous préparons cet univers de la même façon que si nous préparions un film.

James Waugh, vice-président de Lucasfilm

En effet, on peut voir virevolter les planches des dessinateurs et les concepts arts épinglés aux murs entrecouper la vidéo. « Ils [sic. les auteurs] partent de zéro, d’une page blanche […]. Nous avons tous envie de savoir à quoi aurait pu ressembler cette époque« , affirme fièrement James Waugh.

En interviews, les artistes et scénaristes présentent ainsi une flopée de nouveaux personnages et, évidemment, d’antagonistes. Exit les Siths, les héros de la Haute République devront affronter les Nihls, présentés comme « des vikings de l’espace ». Ces derniers sont probablement les responsables de l’événement tragique majeur qui viendra déranger la paix et mettre les Jedi sur le pied de guerre. Certains planches, sketchées, montrent également d’obscures silhouettes, commentées par les scénaristes : « nous nous sommes demandés ce qui effraierait des Jedi au summum de leur puissance et de leur influence ».

La création d’un nouvel univers fondateur et une stratégie marketing bien huilée

Prévu pour août 2020, le lancement des nouvelles aventures de la Haute République se déclinera dans un certain nombre de titres et chez plusieurs éditeurs. Le ton ainsi que les partis-pris créatifs s’adapteront aux différents lectorats visés et il est assumé que certaines histoires seront destinées aux plus jeunes, tandis que la série principale et les hors-séries s’adresseront plutôt aux adultes.

Ce qui se ressent surtout, c’est la volonté de bâtir un nouveau « lore », une nouvelle mythologie commune, déclinable et infusée par le biais d’un socle littéraire centralisé par des audiences différentes et complémentaires dans l’approche marketing de Lucasfilm et Disney.

Cela dit, pour quoi faire ? Déjà, pour éviter les déboires du traitement mythologique post-rachat par Disney et la suppression puis la réappropriation partielle de l’univers étendu. Une création claire, centralisée, avec une vision supervisée par les grands pontes créatifs aux commandes de la franchise Star Wars, permettra d’éviter la multiplication des influences. S’il est clair que la stratégie Marvel et l’influence des comics est grande dans le futur de Star Wars, on cherche à éviter les écueils des comics : les reboots à répétition et la multiplication des univers. Chez Star Wars, on cherche à créer un socle mythologique solide, sur lequel construire. Construire, notamment un nouvel univers cinématographique.

Le Jeune Yoda, par Vincent Chambin

Le soin apporté par Lucasfilm au lancement de la Haute République est trop important pour qu’il s’agisse d’une aventure éditoriale s’écrivant en marge du futur cinématographique de la saga Star Wars. D’ailleurs, la relative discrétion de Disney montre bien que l’on cherche à légitimer ce nouveau départ en mettant Lucasfilm en avant afin de rassurer le noyau dur de fans. Surtout, envisager le futur au cinéma de la saga Star Wars dans cette époque de la Haute République permettrait de raconter des histoires nouvelles et complémentaires aux histoires déjà publiées dans les comics et les livres, créant ainsi un véritable univers étendu.

La position historique de la Haute République, relativement proche de la saga Skywalker, permettrait également d’utiliser certains personnages iconiques, comme Yoda – dont le projet de série sur sa jeunesse destinée à Disney + semble miraculeusement avoir été repoussé, peut-être pour réserver le personnage pour le nouvel univers cinématographique à venir.

Plus d'articles
Pourquoi Jo Mullein mérite de devenir une Green Lantern canon de DC Comics