5 raisons pour lesquelles le Docteur Fatalis est le meilleur antagoniste de Marvel

Si la liste des bons antagonistes de comics est longue, fermé est le cercle des figures maléfiques qui génèrent à la fois de la crainte et de l’exultation chez les lecteurs de comics. Si le Joker, Thanos ou Lex Luthor viennent spontanément à l’esprit, Victor Von Fatalis affiche la panoplie complète de ce qui constitue un antagoniste de légende et pourrait même se targuer, selon nous, du titre de meilleur méchant de Marvel.

5/5 Un personnage plus intéressant que la plupart des héros

Fatalis a beau être mégalomane et ne pas rater une occasion de tirer la couverture à lui, il y a cependant quelque chose d’incontestable chez ce personnage : il est passionnant. Bien des héros qui ont pu bénéficier de leurs propres titres ne présentent pas un quart de l’intérêt que l’on peut trouver au Docteur Fatalis. Monarque, il règne sur sa propre nation, est l’un des plus brillants esprits humains de la planète Terre en plus d’être un mage hors-pair. Les insultes qu’il profère sont toujours de grands moments pour les amoureux de punchlines et de one-liners et il est suffisamment puissant pour représenter une véritable menace face à n’importe quel adversaire. En cela, le Docteur Fatalis est un personnage savoureux que l’on prend plaisir à voir évoluer au fil des pages ; une caractéristique dont tous les méchants ne peuvent se targuer.

4/5 Son design

Ce n’est pas Dark Vador qui nous contredirait : l’aspect d’un méchant est primordial pour apporter de la contenance au personnage et le faire entrer dans la légende. Ils ont beau être dotés de pouvoirs incommensurables, s’ils n’inspirent pas la crainte par leur simple présence, les méchants ne resteront pas dans les annales. En ce qui concerne le Docteur Fatalis, c’est un problème qui ne se pose même pas. La preuve : chaque fois qu’un artiste tente de moderniser son aspect (son casque ou son costume), on en revient presque systématiquement à son apparence classique et il y a une bonne raison à cela. Fatalis présente simplement un design qui marque les esprits : la cape de velours vert, l’armure anthracite et le casque à la fois brut et sophistiqué. Tous les éléments sont réunis pour en faire un antagoniste iconique et intimidant, au charisme de monarque. Un « je ne sais quoi » médiéval, qui se conjugue pourtant à la perfection avec l’univers cosmique ou futuriste des différents arcs dans lesquels il est impliqué.

3/5 Il s’est fait lui-même

À la différence d’autres antagonistes dont les pouvoirs leur sont tombés dessus par hasard ou dont les motivations sont floues, le Docteur Fatalis est « self-made-monster ». Dès son plus jeune âge, sa vie est marquée par la rivalité et le danger. Né Romani, d’une mère sorcière aux pouvoirs très puissants et d’un père médecin renommé. Sa mère mourra de la main de Mephisto, tandis que son père décèdera en le protégeant alors qu’ils tentent d’échapper aux forces du Baron de Latvérie. De retour auprès de son peuple, le jeune Victor étudie la sorcellerie et la technologie, jurant vengeance contre tout ces ennemis. Et ceci ne constitue que les dix premières années de sa vie ! Il gagnera ensuite l’Amérique et étudiera aux côtés de Reed Richards, sera défiguré, rejoindra un groupe de moines, bâtira sa première armure puis retournera en Latvérie afin d’en conquérir le trône. Il s’est élevé de rien et à triomphé seul face à ses ennemis.

2/5 Une menace constante

Jouissant de son statut de monarque, le Docteur Fatalis a l’immunité diplomatique. Ce qui signifie qu’il peut commettre n’importe quel crime sans être légalement inquiété. En plus de ça, il est l’un des êtres les plus intelligents de la Terre : une caractéristique qu’il prouvera en construisant une machine temporelle et un dispositif visant à siphonner les pouvoirs d’êtres superpuissants, tel que le Beyonder. Et comme si cela ne suffisait pas, il est également un mage hors-pair et son armure lui permet des passes d’armes avec n’importe quel héros. C’est un antagoniste entier et une menace constante pour n’importe qui sur Terre.

1/5 Il a gagné

Bien des antagonistes ont connu leur moments de gloire à travers l’histoire. Mais soit leur victoire est de court durée, soit elle est mineure, soit elle fait partie d’un plan fomenté par les héros. Dans le cas de Fatalis, c’est différent. Fatalis a déjà durablement et indubitablement gagné. Il a sauvé la création là où Reed Richards a lamentablement échoué et a ainsi hérité de pouvoirs divins. Il a prouvé à tous et pour l’éternité, qu’il a été meilleur que Reed Richards et que les dizaines de héros qui l’ont affronté durant des années. Bien que sa victoire est, elle aussi, connue une fin, ça ne change pas le triomphe que cela représente. Les antagonistes obtiennent rarement ce genre de victoires et prennent rarement aussi largement l’ascendant sur les héros qui les combattent. Fatalis a gagné.

Plus d'articles
Un spin-off sur Bane suite au succès de The Joker ?