Connect
To Top

Peut-on juger une adaptation “sans avoir lu les comics” ?

L’ascension d’internet a permis de voir émerger une nouvelle forme de critique ciné, celles des vidéastes. Ce nouveau format permet une interaction directe entre l’analyste et son public, et il n’y a pas de spectateurs plus pointilleux que les geeks.  Il est impossible de qualifier Gimli de “hobbit” ou mal articuler le terme “xenomorphe” sans recevoir une horde de commentaires corrigeant le blasphème. C’est ce genre de comportements qui conduit à toute personne souhaitant formuler son avis sur une œuvre adaptée d’une bande dessinée de préciser « Je n’ai pas lu les comics ». Mais est-il vraiment nécessaire d’avoir lu les comics pour profiter à 100% d’un film? Puis en soi, est-ce réellement possible ?

Le super-héros existe depuis bientôt un siècle, leurs aventures se retrouvent souvent en kiosque (et de manière mensuelle pour les séries qui marchent le mieux). Les adaptations cinématographiques n’adaptent donc pas l’histoire comme elle fut racontée, elle pioche en fait dans la mythologie du personnage en essayant de retranscrire au mieux l’univers de la série concernée. Sachant qu’une série comme Batman compte plusieurs dizaines d’auteurs à son actif, on peut énumérer le même nombre de visions et d’approches de l’univers de ce personnage. C’est aux producteurs, réalisateurs et scénaristes de choisir lequel conviendrait le mieux à leur création. Dans le cas de la trilogie The Dark Knight, (pour rester sur l’exemple de Batman) Christopher Nolan s’est beaucoup inspiré des séries écrites par Frank Miller, mais pas que. On y retrouve aussi le Detective Comics #66 pour les origines de Double Face, la période Knightfall pour la défaite du chevalier noir contre Bane, etc… Il est donc très peu probable d’avoir lu tous les épisodes de Batman sortis depuis 1936 afin d’en sonder toutes les références et influences possibles.

 

La série télévisée The Walking Dead prend volontairement une tournure très différente de sa version papier

Il existe une autre forme d’adaptation bien différente, celle des mini et maxi-séries, ces comics qui sont restreints à un certain nombre de numéros. Leur transposition cinématographique se trouve plus simple et se rapproche de l’adaptation littéraire classique, l’histoire possédant un début, un milieu et une fin. Le film se voit souvent considéré comme plus fidèle et a une chance de plus de satisfaire les fans (Kick Ass, Watchmen, Sin City).

Se pencher sur l’œuvre original apporte donc une meilleure prise de connaissance des références, mais n’empêche en rien à la bonne compréhension d’une adaptation. Si un élément parait mauvais à l’écran, il l’est surement,  et ce même si « ça se passe comme ça dans le comics ». Il relève presque de l’impossible d’avoir lu l’intégralité des aventures des super-héros les plus iconiques, et cela n’apporte aucune forme de pertinence à l’appréhension de l’œuvre. Il est tout à fait possible d’apprécier une reprise musicale sans connaitre la chanson originale, pourquoi ne peut-on pas faire de même avec le cinéma ?

You must be logged in to post a comment Login

Plus d’articles Chroniques

Peut-on juger une adaptation "sans avoir lu les comics" ?