Now Reading:

Pourquoi la saison 4 de Arrow est-elle si nulle ?

Pourquoi la saison 4 de Arrow est-elle si nulle ?

Une saison 1 explosive, une saison 2 très correcte, une saison 3 sombre mais un peu longuette… Il y a quelques jours se terminait la saison 4 de Arrow avec l’épisode 23 intitulé “Schism”. Un final à l’image de cette saison : plat et qui peine a susciter de l’intérêt.

Attention spoilers.

Souvenez-vous de la fin de la saison 3, conclusion de l’histoire avec la Ligue Des Assassins, où l’on voyait Oliver Queen accompagné de sa bien-aimée Felicity Smoak s’en aller dans leur décapotable en direction du soleil couchant. Happy-ending classique. Par la suite, Marc Guggenheim, le show-runner de cette série, nous avait même promis une saison 4 plus légère.

Oliver Queen Happy

Sauf que ce que l’Uncle Guggie avait en tête, c’était de faire de la relation Oliver – Felicity (Ou Olicity, comme vous voulez…) un axe principal de la série, et de privilégier (encore plus) les relations entre les personnages à l’action en général.

À peine vingt minutes dans le premier épisode et on se retrouve déjà avec un Oliver tourmenté à chaque action qu’il fait. S’en suit une saison alimentée par différents conflits entre les personnages, souvent beaucoup trop long : le fait que Diggle ne souhaite pas pardonner Oliver pour les précédents qu’il a eu avec sa famille, la soif de sang de Thea et sa relation avec son père Malcolm Merlyn, l’éternelle et ennuyeuse romance entre Oliver et Felicity… Le tout agrémenté par différentes péripéties sans grand intérêt : Tiens, et si Oliver avait un fils ? Tiens, et si l’on mettait Felicity en siège roulant pour quelques épisodes ?

Pourtant, il est nécessaire qu’une série de 23 épisodes par saison qui s’étalent sur plusieurs mois s’appuie sur des “mini” intrigues comme celles que je viens de citer. Ce sont elles qui posent le rythme de la série et qui permettent d’approfondir les personnages. Seulement, elles sont parfois tellement mal gérées qu’elles apparaissent comme une excuse pour faire durer l’intrigue principale.

On comptait donc sur le bad guy de cette saison pour relever le niveau et amener les vrais enjeux. On nous avait teasé un personnage avec un véritable potentiel, intelligent et machiavélique, joué par le génial Neal McDonough. Malheureusement, le charisme de Damian Darhk s’estompe aux bout de quelques apparitions. Les enjeux posés par ce personnage sont délaissés dans de nombreux épisodes, à tel point qu’il en perd toute sa crédibilité.Damian Darhk Arrow s4

Pour ce qui est des séquences flashbacks, qui font le lien entre le passé et le présent de Mr.Queen, elles n’ont cette fois-ci strictement rien apporté de concret à la série, si ce n’est quelques explications bateaux sur la source de la magie de Damian Darhk et un peu d’incohérence.

On a aussi pu voir des choses très intéressantes : le personnage de Curtis Holt, le passage de Constantine, le retour de Roy Harper le temps d’un épisode… Mais pas suffisantes pour rehausser le niveau moyen des épisodes. Puis il y a eu la mort de Laurel Lance, aka Black Canary, un des seuls personnages qui était devenu agréable à la fois pendant ses phases de dialogues et d’action/combat.

On ne peut pas dire que le final n’a pas répondu à nos attentes, puisque nous n’en avions pas vraiment. Il reste deux heures avant la fin du monde, et les personnages passent leur temps à discuter, avant de sauver l’humanité in extremis. On ne ressent aucune tension. Le discours d’Oliver aux habitants de Star City, son combat symbolique avec un Darhk devenu complètement cinglé… tout cela tourne rapidement au ridicule.

Depuis la mort du Black Canary, une grosse vague de haine s’abat sur la série, en particulier à cause de la relation Oliver-Felicity que les réalisateurs semblent privilégier et qui divisent les fans. Seulement, la fin de l’épisode final l’a bien montré : tout le monde est prêt à quitter la team Arrow pour un moment, mais pas Felicity qui, elle, sera toujours là.

On se donne rendez-vous (ou pas) en octobre prochain, pour la saison 5 de l’archer à capuche.

Share This Articles
Written by

Bat-rédacteur.